Marlène Dorcéna: une perle haïtienne en Belgique

Marlène Dorcéna est une artiste haïtienne installée en Belgique depuis quelques années. Accompagnée d’excellents musiciens, elle fait découvrir son pays et sa culture à de nombreux spectateurs. Cette semaine, elle est arrivée dans le pays en vue d’apporter son soutien aux victimes du séisme de janvier 2010, et dans le même temps, présenter son nouvel album : « Voyage». Entre enregistrements musicaux, radio, télévision, théâtre et littérature, sa vie est marquée par de longs voyages qu’elle tente de faire découvrir à travers cet album.

L’artiste haïtienne évoluant en Belgique, Marlène Dorcéna, est arrivée cette semaine dans le pays pour une visite de  quelques jours, dans le cadre de  son projet spécial : « Une mallette pour Haïti », dédié à des victimes du tremblement de terre de l’an dernier, particulièrement des enfants. Il s’agit d’une action lancée par la chanteuse elle-même, au lendemain du séisme. Ainsi a-t-elle procédé, durant son séjour en Haïti, à la distribution de kits scolaires pour enfants, dans plusieurs camps d’hébergement. L’artiste en a profité pour présenter son nouvel album « Voyage », qui se situe autour d’Haïti et surtout autour de ses dix dernières années de voyages musicaux qu’elle a entrepris ces derniers temps.

Haïti et la langue créole sont au coeur des concerts de Marlène. Elle parle et chante avec douceur et conviction d’Haïti sous le soleil, de la misère et des réalités sociales. Elle revendique son origine africaine, celle des esclaves déracinés de leurs terres et envoyés « aux Amériques ». Marlène Dorcéna, qui a combien brillé sur la scène artistique belge depuis son arrivée là-bas, reste jusque-là presque inconnue sur la scène musicale d’Haïti, alors qu’elle continue de chanter de la musique traditionnelle haïtienne un peu partout dans le monde. Sur la demande de la presse, elle promet de revenir bientot mettre à l’appréciation du public haitien ses nombreux talents artistiques.

Pour son nouveau CD, elle était venue à la recherche de nouvelles sonorités, de nouvelles émotions simples produites par des instruments tels que : lambi (instrument de révolution du peuple haïtien), tambour haïtien, pin, noisettes, ti bwa, agogo, maracas, coquillages, etc.

Le dernier CD de Marlène Dorcéna, intitulé  « Haïti », illustre toute sa reconnaissance envers la Belgique. L’on verra que son style n’a pas changé, d’autant plus que les instruments traditionnels d’Haïti et d’autres provenant de la nature méritent une attention et dégustation particulières.

L’engagement de Marlène ne se limite pas aux heures passées sur la scène. La situation des femmes et celle des enfants de son pays font partie de ses préoccupations et de son engagement quotidien.

Depuis quelques années, Marlène Dorcéna a créé une association au nom de « Haïti Chérie », qui a pour but de promouvoir la culture et la musique d’Haïti en Belgique dans d’autres pays. Son tout premier projet consistait à installer une pompe à eau dans un petit village, à Cavaillon, où beaucoup de gens parcouraient plusieurs kilomètres pour trouver de l’eau qui n’est même pas buvable.

Afin de partager avec les enfants une partie de son enfance et de rendre hommage à sa grand-mère, Marlène Dorcéna a rédigé un recueil de contes et de chants créoles. Les bénéfices de ce livre seraient versés à la réalisation du projet d’eau. Son spectacle pour enfants illustre son histoire, son parcours et sa vision de la vie.

Marlène Dorcéna est née et a grandi aux Cayes, dans le sud du pays. A l’école, tout en faisant partie de l’association culturelle, elle pratiquait un répertoire de chansons françaises. Avec l’aide de la famille, elle est devenue membre et choriste dans une chorale évangélique.

En 1991, elle s’est rendue en Belgique pour participer au Mechels Miniatuur Theater, à Mechelen, comme actrice dans la pièce  » Mèsi Bondye Verdomme  » mise en scène par René Verreth. De retour en Haïti, elle a participé à un séminaire au Venezuela, organisé par la Confédération des travailleurs latino-américains.

A la suite du coup d’Etat en Haïti, en 1991, elle a décidé de retourner en Belgique afin de poursuivre ses études en Communication.

Sa rencontre avec Raoul Nassar (musicien, compositeur et médecin d’origine haïtienne), l’a incité à développer un vaste répertoire de chansons traditionnelles ainsi que ses compositions personnelles.

Son premier enregistrement en qualité de chanteuse soliste se ferait avec l’Orchestre Super Combo Créole, formation de quinze musiciens sous la direction du Maestro Raoul Nassar.

En 1999, sa rencontre avec Didier Mélon lui a permis d’enregistrer 5 titres qui figuraient sur la compilation 2  » Le monde est un village « .

En 2002, c’est avec succès qu’elle a présenté son nouveau CD  » Mèsi « , produit et réalisé par Contre-jour, dans lequel elle a dévoilé l’âme, les couleurs, les rires et la poésie des gens d’Haïti. Ce qui lui a permis également de participer à des festivals non seulement en Belgique mais aussi en Allemagne, à la Martinique, en Suisse, en Russie, en Ukraine, en Hollande, en France, etc. 

 

www.marlene-dorcena.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s