L’hypnose conversationnelle comme alternative

A l’initiative de l’Unité de recherche et d’action médico-légale (URAMEL), une trentaine de jeunes professionnels de la santé (médecins, psychologues et psychiatres) ont participé à une formation sur l’hypnose conversationnelle stratégique. Ce nouvel outil devra leur permettre de mieux prendre en charge les patients sur le plan sanitaire, mental et psychosomatique.
 
 
Durant ces 8 jours de formation, ces professionnels auront appris des formes de thérapie qui sont brèves et rapidement efficaces. « On a jugé nécessaire d’élargir la compétence de nos cadres sur d’autres modes de thérapie très utiles et qui ont déjà donné de très bons résultats », indique la coordonnatrice de l’URAMEL, Dr Jeanne Marjorie Joseph, au terme de cette formation financée par l’organisation belge Memisa.
 
Après avoir bien assimilé l’hypnose conversationnelle, les spécialistes vont eux-mêmes devenir des formateurs pour les autres thérapeutes qui ont besoin de ce type de formation. Les deux dernières journées ont été consacrées à des personnes victimes d’un traumatisme quelconque, qui seront à leur tour formées pour accompagner les gens de leur entourage.
 
 
« Les gens doivent savoir qu’un trauma ne s’arrête pas facilement si l’on n’a pas recours à des spécialistes », avise le psychologue et hypno-thérapeute Gérald Brassine, soulignant que, suite à la catastrophe de 2010, beaucoup de gens souffrent de maux imaginaires en Haïti. « C’est d’un psychologue ayant eu cette formation spécifique qu’il leur faut », ajoute le formateur belge qui se dit impressionné par le niveau élevé de ses apprenants.
 
Bénéficiaire d’une formation de ce genre en Belgique, Mme Fritzna Blaise a servi de médiatrice pour faciliter la réalisation de cette formation. « J’ai déjà eu recours à l’hypnose conversationnelle lorsque j’ai été affectée au service d’urgence d’un internat au Cap-Haïtien; c’est une pratique simple et assez efficace. Je me suis dit qu’il fallait que d’autres professionnels en Haïti puissent en bénéficier », explique le médecin généraliste, précisant que cette « thérapie brève » permet même de faire de la chirurgie sans anesthésie et sans douleurs.
 
« Il s’agit simplement d’aider le patient tout en l’accompagnant et en utilisant des mécanismes naturels chez lui », selon la psychologue Linda Métayer, qui considère cette nouvelle méthode comme une « formule magique ». « On est sortis vraiment armés, très satisfaits et on anticipe déjà beaucoup de résultats », ajoute-t-elle.
 
Cette nouvelle initiative de l’URAMEL vient renforcer l’une de ses missions qui est d’encadrer les gens psychologiquement. Cela entre dans le cadre de la formation continue que réalise l’institution pour ses douze psychologues ainsi que pour tout autre professionnel de la santé désireux d’en bénéficier.
 
Des avancées considérables dans le domaine de la santé mentale en Haïti
 
Les psychologues ne sont pas nombreux en Haïti, et ce secteur est traité en parent pauvre au niveau du ministère de la Santé. Nombreux sont les mythes associés aux problèmes psychiques ou psychiatriques. Cependant, les spécialistes de l’URAMEL se montrent très optimistes quant à l’avenir de la santé mentale dans le pays. « On a connu des situations assez difficiles dans le pays; les épisodes d’inondation, le tremblement de terre, les bouleversements politiques, etc. C’est vrai que la santé mentale n’a pas toujours été comprise en Haiti, mais il y a un petit effort depuis quelque temps », indique Mme Métayer, l’air confiante.
 
Depuis le séisme, la population comprend de mieux en mieux l’importance de la santé mentale et la nécessité d’aller voir un spécialiste en cas de difficultés, selon les responsables de l’URAMEL qui soulignent que les barrières concernant les stéréotypes à l’égard de ce secteur commencent sérieusement à disparaître.Les professionnels de la santé deviennent de plus en plus confiants dans ce nouvel horizon qui se dessine pour la santé mentale en Haïti.
 
A travers son centre de psychotrauma, l’URAMEL sensibilise aussi la population à l’importance de la santé mentale. « On fait de la prise en charge individuelle ou de groupe, on apprend aux gens à se dépister eux-mêmes, on forme les leaders communautaires et les professeurs d’école », fait savoir le docteur Marjorie Joseph, soulignant que « chacun peut aider l’autre à aller mieux mentalement ».
 
Outre les services de ce centre mis en place après le séisme du 12 janvier 2010, l’URAMEL intervient également dans les soins de santé primaire, la médecine légale et le droit à la santé. De concert avec plusieurs partenaires, notamment le ministère de la Santé, il cherche à mettre en place un plan de prise en charge en santé mentale en Haïti.
 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s