Le Plateau central ou la perle dévoilée

En réalisant les 8 et 9 juillet l’édition inaugurale de sa foire intitulée, cette année, Foire-expo Mirebalais, l’Initiative de la société civile (ISC) a pu dévoiler l’énorme capacité de production des habitants du Plateau central et les possibilités d’investissement du département du Centre. Rejointe par plusieurs autres organisations, l’ISC a réussi le pari de déclarer : « Le Plateau central est désormais aux investissements.

« Le réseau électrique s’établit presque dans le Plateau central. Nous pouvons estimer à 90% la réalisation de ce projet. Le département du Centre se targue aujourd’hui d’être doté du meilleur réseau routier du pays. Et peut-on négliger les études présentant notre département comme le coin d’Haïti le plus sécuritaire en matière sismique ? » Celui qui parle répond du nom de Jean Souverne Delva, maire de Thomonde. Accompagné de Laurent-Kénold Désert, celui de Saut-d’Eau, le maire Delva vient participer à l’édition inaugurale de la foire de l’Initiative de la société civile (ISC) et du Conseil haïtien des acteurs non étatiques (CONHANE) tenue les 8 et 9 juillet et intitulée, cette année, Foire-Expo 2011 Mirebalais.

Le plus grand rêve de M. Delva, c’est de transformer, aux côtés de ses homologues du département, le Plateau central en un site d’attraction. « Il est temps que la tendance soit renversée, dit M. Delva. Car le département le plus riche en matière de réserve d’eau, d’espèces animales et végétales et de sites touristiques ne peut plus être considéré comme le plus en retard. »

Pour les deux maires, les routes qui ont été construites et frayées à l’intérieur des communes du Centre dévoilent leurs richesses restées longtemps enclavées au sein de ce département. Mais il a fallu des initiatives du genre pour vendre sa vraie image. « Depuis l’ouverture en 2009 de la route des Orangers –  reliant Saut-d’Eau et Port-au-Prince en 27 kilomètres – seulement un restaurant et un hôtel ont été construits dans la Ville-Bonheur, fait remarquer M. Désert. Les investissements peinent encore à se concrétiser. »

Saut-d’Eau, avec ses nombreux sites d’attraction, s’apprête à accueillir ce week-end ses milliers d’hôtes de la Mont-Carmel. Palme, Saint-Jean, La Sainte-Famille et Saut-d’Eau, – la fameuse cascade à laquelle toute la commune doit son nom,- restent, à l’instar des sites dont regorgent des communes du département comme Savanette, Boucan Carré, Maïssade, Cerca-La source, Belladère et Las Cahobas, entre autres, en attente d’être exploitées.

Cinq communes frontalières, 129 rivières, 5 550 ha irrigués

« La capacité de production fruitière saute aux yeux, une trentaine de sites d’attraction dont des points d’eau et des fortifications nous attendent, martèle Joanas Gué, ministre de l’Agriculture, des Ressources naturelles et du Développement rural, qui cite le Centre comme le département d’Haïti ayant la plus faible densité de la population.

La canne à sucre, les mangues, les céréales, l’élevage, les tubercules, l’arachide, le giraumon… produits par le Centre, retiennent toujours l’attention. Pour le ministre Gué, qui tient un complexe hôtelier dans la région, l’agriculture et les services constituent deux axes à gros rendement dans le département.

Une foire d’exploration et de vente

Si l’objectif de cette foire organisée par l’ISC et le CONHANE, en collaboration avec le comité interministériel d’aménagement du territoire (CIAT) et la Chambre de commerce et d’Industrie d’Haïti (CCIH), était de montrer le potentiel économique du département du Centre et d’y attirer les investissements, la production locale était tout aussi en vedette.

Environ 65 exposants venant des quatre coins du Plateau central se sont présentés sur la place publique  de Mirebalais attendant la visite des participants. Selon plusieurs d’entre eux, leur principal objectif est de faire connaître au grand public des produits locaux jusqu’alors inconnus au niveau de la population haïtienne. En dépit de  la grande publicité effectuée à Port-au-Prince autour de cette foire, la grande foule n’a pas été au rendez-vous dès vendredi.

De la patience…

Les représentants des diverses organisations partenaires à cette initiative ont tous brillé par leurs connaissances de cette région, qui, selon eux, s’ouvre aux investissements. L’Ecole fondamentale d’application, Centre d’appui pédagogique (EFACAP) de Mirebalais et l’Hôtel La Forteresse peuvent en témoigner. Ils ont procédé à la présentation de leur travail effectué au niveau du Plateau central à l’aide de documents mis à la disposition des participants. Une méthode moderne de promouvoir une vision moderne de l’aménagement du territoire de la région, suivant une vision mise au point par la CIAT dans une étude intitulée : La boucle Centre – Artibonite. Ils ont également présenté leur projet pour ce département.

« Même si nos produits ne sont pas écoulés aujourd’hui, l’initiative est encourageante, car nous gagnerons de la publicité dont ils sont l’objet », s’est félicité Mme Michel-Ange. Accompagnée de son fils, cette exposante frisant la quarantaine, travaille dans une compagnie de transformation de fruit en vin. Sur sa table garnie de bouteilles de vin et de liqueur à base de fruits locaux, on peut également acheter de la mi-orange, une liqueur faite d’orange et de miel, des crémas et d’autres produits du même genre.

Roger, un autre artisan qui expose des produits à base de Latanier,- chapeau, valise et petite boite,- s’attend plutôt à ce que tous ses produits soient vendus et qu’il retourne à Belladère, son patelin, pour en chercher d’autres. Roger vient, quant à lui, avec le produit vedette de cette foire. « Les briquettes de charbon préparées à base de carton et de détritus sont destinées à remplacer le charbon de bois, dans le cadre de la lutte contre le déboisement », explique l’artisan. « Ça peut bien aider à réduire les déchets solides dans nos rues », dit-il.

Plusieurs autres ateliers sont également sur place, exposant des produits agricoles et d’élevage, des tableaux, bracelets, sandales, valises, nappes traditionnelles. Sur plusieurs tables figuraient du café, des mangues, du sham sham, de la farine de manioc,  des bananes, de l’amidon, pour ne citer que ces produits.

Financée en grande partie par la délégation de l’Union européenne, cette activité a coûté environ 65 milles euros, selon Alexandre Polack, Porte- parole de la délégation de l’Union européenne en Haïti. La Banque mondiale, la Coopération espagnole, le Fonds d’assistance économique et sociale (FAES), le Programme alimentaire mondial (PAM), l’USAID- Winner et la World vision ont également contribué financièrement à la réalisation de cette grande première à Mirebalais.

Edouard Paultre, secrétaire exécutif du CONHANE, et Rony Desroches ont convenu que la foire a été une réussite. Les organisateurs ont fait remarquer qu’il y a eu une forte présence des hommes d’affaires et des représentants de l’Etat. C’était pour eux l’occasion de mettre à nu le département du Centre aux yeux des investisseurs. « Le travail ne s’arrête pas là », prévient M. Paultre, qui annonce une véritable croisade en faveur du crédit en milieu rural, surtout au niveau du Plateau central, qui offre à lui seul 129 rivières, 13 grottes et cinq communes frontalières. 

 

 

Avec Lima Soirélus

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s