Ils passent la nuit devant l’ambassade, rêvent de vivre au Brésil

Depuis que l’ambassadeur du Brésil, José Luiz Machado Costa, a annoncé, en mai, qu’il n’y avait plus de restriction sur le nombre de visas permanents à délivrer aux Haïtiens désireux d’immigrer sur son territoire, les longues files devant le consulat brésilien à Pétion-Ville deviennent permanentes.

img_1623

Midi. Un brouhaha à l’angle des rues Clerveaux et Darguin attire l’attention de tous les passants. Sous un soleil de plomb, des dizaines de compatriotes sont rassemblés devant l’Hexagone, l’élégant immeuble hébergeant l’ambassade du Brésil à Pétion-Ville. Tous sont en quête d’un visa permanent.

Ce mercredi 4 septembre, une quinzaine de personnes ayant réussi à prendre rendez-vous par téléphone ont pu franchir la porte d’entrée de l’ambassade dès huit heures trente du matin. Les autres requérants forment une longue file qui s’embrouille et se reforme de temps en temps en attendant que le consul leur fasse grâce comme cela arrive quelquefois. Des affiches collées au mur indiquent pourtant que seules les personnes ayant pris rendez-vous par téléphone seront admises à l’intérieur du consulat. On invoque le désordre provoqué à l’entrée par certains appliquants…

Beaucoup téléphonent pourtant à maintes reprises au numéro indiqué pour la prise de rendez-vous. Sans succès. « Il paraît que le centre d’appel de l’ambassade reçoit 13 000 appels par jour, ce qui perturbe la ligne », chuchote un requérant, une enveloppe brune à la main contenant tous ses documents officiels.

Valise, cartable ou parasol sur la tête pour se protéger des rayons du soleil, les demandeurs de visa sont aujourd’hui en rage contre les responsables du consulat qui, selon eux, les méprisent. Les agents de sécurité disent avoir reçu l’ordre de ne laisser entrer personne, pas même un journaliste… Ils réclament que tout le monde fasse la queue, une exigence qu’ignorent les plus têtus qui n’hésitent pas à encombrer le passage. Un jeune homme en fureur jure que si le consul décide de faire entrer quelques requérants sans rendez-vous, il sera le premier à foncer à l’intérieur sans faire la queue.

C’est que les gens ont soif de ce visa de cinq ans qui leur permettrait d’étudier et de travailler légalement dans le plus grand pays d’Amérique du Sud. Certains viennent passer la journée et même la nuit à la rue Clerveaux depuis plusieurs semaines, en vain. « Le pays ne m’offre rien, j’aimerais aller voir ce qu’il y a ailleurs, scande une jeune fille dans la vingtaine. J’ai un voisin qui est parti récemment pour le Brésil, il travaille déjà et envoie de l’argent à sa famille ».

Si certains sont vraiment confiants qu’une vie meilleure les attend au Brésil, d’autres veulent tout simplement faire l’expérience de vivre dans un autre pays. « J’aimerais connaître le Brésil, voir la Coupe du monde de 2014, mais je ne peux pas me procurer un visa de touriste, confie un homme de 32 ans. Alors, je suis venu ici voir si je peux avoir un visa permanent ». Si les choses vont bien au Brésil, ce dernier pourrait peut-être y rester définitivement, mais pour le moment il veut seulement visiter, dit-il. « Je ne suis pas encore prêt à quitter mon pays pour aller vivre ailleurs, mais ça vaut la peine d’avoir ce visa, car on ne sait pas comment seront les choses à l’avenir », affirme ce technicien de la Croix-Rouge haïtienne.

« Il y a des gens ici qui n’ont même pas un passeport, commente un agent de sécurité. De plus, certains ont obtenu le visa depuis des lustres, mais ne peuvent même pas se payer le billet d’avion ». Un demandeur rétorque, tout de go: « J’aurais préféré vendre tout ce que j’ai et rester tout nu juste pour acheter le billet. »

Trois heures de l’après midi. Le soleil frappe moins dur. L’ombre de l’immeuble Hexagone remplit toute la rue Clerveaux. Les apparitions et disparitions du consul au seuil de la porte d’entrée redonnent de l’espoir. Les gens sont déterminés à attendre jusqu’au bout. « Celui qui persévèrera jusqu’à la fin sera sauvé », entend-on de la bouche d’une dame.

Certains essayent de cacher la nouvelle, mais elle se répand comme une traînée de poudre: « Hier soir, le consul a reçu les 17 personnes qui sont restées devant le consulat jusqu’à huit heures 30 du soir ». On pressent déjà que ce soir, beaucoup plus de gens vont y passer la nuit…

Huit heures 30 du soir. Le cortège présidentiel vient de passer à la rue Clerveaux, totalement éclairée par les projecteurs des entreprises de la place. La porte de l’ambassade est fermée, mais la plupart des demandeurs sont encore là, entassés sur l’escalier d’entrée de l’Hexagone, assis sur les trottoirs ou éparpillés dans tous les coins de la rue pour discuter fraternellement. Jusque là, personne n’a été servi.

« C’est un manque de respect !, hurle un jeune homme. C’est le consul qui encourage les gens à dormir ici par le fait qu’il en reçoit à 8 heures du soir. »

« Je viens ici depuis au moins 15 jours et j’y ai déjà dormi deux fois pour pouvoir être en tête de ligne le lendemain matin. Hier soir, j’étais la 18e personne et à peine me suis-je déplacée que le consul a fait grâce aux 17 qui étaient devant moi », poursuit ce jeune homme, s’estimant malchanceux.

10 heures du soir, les projecteurs sont éteints. Plusieurs requérants finissent par désister. Mais la plupart sont encore là, tenaces, déterminés à y passer la nuit… et à rêver de leur vie au Brésil, un jour…

img_1630
10 heures du soir, la plupart des requérants sont encore là, tenaces, déterminés à y passer la nuit…

Le Brésil et Haïti filent le parfait amour

La présidente du Brésil, Dilma Rousseff, est arrivée en Haïti ce mercredi pour une visite de quelques heures dans le cadre d’une tournée qu’elle effectue dans les Caraïbes. La coopération entre les deux pays, la Minustah et les récents problèmes migratoires sont au menu des entretiens qu’elle a eus avec le président Michel Martelly et d’autres autorités haïtiennes.

Mercredi 1er février 2012. 9h 54 a.m., l’avion « Força area Brasilia » aux couleurs du drapeau brésilien atterrit sur la piste de l’aéroport Toussaint Louverture. Vêtue d’une veste saumon et d’un pantalon noir, la présidente du Brésil est accueillie, dès sa descente d’avion, par le président Michel Martelly et son épouse Sophia Martelly, ainsi que le Premier ministre Garry Conille. Une foule d’invités fourmille sur la piste, aux alentours du salon diplomatique de l’aéroport. Parmi  eux, un grand nombre de Brésiliens, dont des journalistes, des soldats de la Minustah et d’autres officiels.

Debout aux côtés du couple présidentiel haïtien, Mme Rousseff écoute d’abord  l’exécution de l’hymne national par la fanfare de l’USGPN  pour ensuite se laisser conduire  près du salon diplomatique orné de drapeaux des deux pays et de pancartes de bienvenue. Là, elle salue les officiels haïtiens et brésiliens, avant de débuter un entretien privé avec le président de la République devant le salon diplomatique. Enfin, les membres des deux délégations se dirigent vers leurs voitures respectives en direction du palais national.

Tout autour de l’aéroport, on peut remarquer des panneaux et affiches souhaitant la bienvenue à Mme Rousseff. Une voie, libérée par des agents de la PNH et des soldats brésiliens mobilisés dès la veille dans les rues de Port-au-Prince, mène au palais national. Des curieux se sont assemblés aux bords de la route pour assister au défilé des deux délégations qui ont emprunté la route de l’aéroport, l’avenue Martin Luther King (Nazon) et l’avenue John Brown (Lalue) pour aboutir au siège du président Martelly, palais national. Au Champ de Mars, des sinistrés se hâtent de sortir des tentes pour venir voir le défilé.

10 h 40 a.m., Palais national. La fanfare défile sur la pelouse pendant que les différents invités arrivent peu à peu. Au cours d’une conférence de presse conjointe donnée au palais national, le chef de l’Etat haïtien a adressé ses remerciements au gouvernement brésilien pour son support durant les diverses crises qu’a connues le pays au cours des 10 dernières années, particulièrement lors du séisme et de l’épidémie de choléra. Les deux présidents ont eu des discussions en privé sur la migration, l’éducation, l’énergie et la coopération tripartite Cuba-Brésil-Haïti.

Le président Martelly sollicite l’appui du Brésil pour la réalisation de plusieurs projets courants, notamment le programme national de lutte contre la faim baptisé « Aba grangou », l’unité de construction de logement, « un projet de construction massive de logements sociaux ». Le Brésil va aussi apporter sa contribution dans le domaine des sports par la coopération technique en formation et en équipements. Il financera les  travaux de construction de la centrale hydroélectrique (Artibonite 4C), entrepris par le président René Préval, qui nécessitent une somme de 192 millions de dollars, selon le président de la République d’Haïti.

Le chef de l’Etat haïtien a en outre réitéré sa volonté de reconstituer l’armée haïtienne, ce qui favorisera le départ de la Minustah. « Une commission mixte sera créée pour travailler sur la faisabilité de ce projet », a-t-il annoncé. La migration des Haïtiens au Brésil est aussi abordée entre les deux chefs d’Etat. « 1 200 visas seront octroyés aux Haïtiens sur une durée allant jusqu’à 5 ans », a fait savoir le président Martelly. Il invite les compagnies brésiliennes  à venir s’installer en Haïti, tout en souhaitant que ces entreprises bénéficient de prêts  des banques internationales.

La présidente Dilma Rousseff affirme avoir beaucoup d’intérêt dans les propositions du président Martelly, le félicitant pour  « la démocratie haïtienne » et sa capacité de former un nouveau gouvernement garantissant la participation du Brésil dans la reconstruction d’Haïti. La présidente du Brésil promet de donner son support aux secteurs de la santé et de la sécurité. Elle s’engage aussi à soutenir le programme d’évacuation dans les camps. Le processus de la réduction des soldats brésiliens de la Minustah en Haïti doit être enclenché sous peu, selon Mme Rousseff, qui vote pour la réduction systématique de la troupe à long terme et la formation d’une commission mixte de sécurité.

Le Brésil est prêt à recevoir les Haïtiens à la recherche d’opportunités, promet la présidente Rousseff, certaine que le Brésil et Haïti auront toujours de bons rapports. Elle souhaite garantir aux Haïtiens l’accès au Brésil « dans des conditions de sécurité et de dignité, tout en combattant le trafic humain ».

Le Brésil, on le sait, dirige, depuis 2004, la Mission des Nations unies pour la stabilisation en Haïti (Minustah). C’est le pays qui a fourni le plus gros contingent à cette troupe. Mme Rousseff, qui a effectué une visite de 48 heures à Cuba, s’est rendu en Haïti  pour la première fois depuis son élection comme présidente du Brésil. Avant de quitter Haïti en fin de journée, Dilma Rousseff devait rendre visite aux Casques bleus brésiliens.